fbpx
Couverture I can do it

En tant que formatrice en anglais, la chose que j’entends le plus régulièrement de la part de mes apprenants est : « Je suis nul » ou « Je n’ose pas parler ». Ce manque de confiance en soi agit sur eux comme une barrière pour avancer, souvent depuis des années. Apprendre à lever cette barrière est la première étape pour apprendre la langue. Une étape cruciale que chacun peut franchir, avec un peu de travail.

© Kristina Paukshtite

Le manque confiance en soi n’est pas une fatalité

A la source du manque de confiance en soi se trouve souvent une émotion : la peur. Peur du ridicule, peur de vous tromper, peur de l’échec, peur d’être jugé. Vous avez très envie d’apprendre l’anglais, mais vous avez peur de vous lancer. Vous avez peur de déranger vos interlocuteurs et de leur faire perdre leur temps. Vous remettez donc à plus tard la pratique de l’oral.

Pour faire une comparaison imagée, cette peur est un peu comme un frein à main : tant qu’elle est enclenchée, vous ne pouvez pas démarrer votre route vers l’acquisition de la langue. Si vous avez peur de parler, vous évitez autant que possible cette expérience désagréable, et manquez aussi une occasion de vous améliorer. Vous avez peur, donc vous n’osez pas parler. Vous ne parlez pas, donc vous ne progressez pas.

Mais ce manque de confiance en vous n’est pas une fatalité : c’est un défi, et si vous décidez que vous pouvez le relever, que vous pouvez retirer ce frein, alors vous aurez fait un très grand pas vers l’acquisition de la langue.

Osez parler anglais

Lorsque vous aurez décidé de relever ce défi, lorsque vous vous direz « Je peux le faire », tout sera plus fluide. Bien sûr au début il y aura des hésitations, des erreurs même, mais peu importe ! L’anglais – comme toute langue – est un outil de communication. Il est utilisé pour communiquer avec ceux qui la parlent, pour se comprendre, même avec des hésitations ou des erreurs.

Que ce soit dans un contexte professionnel ou lors d’un voyage, personne ne se moquera de vous ou vous jugera si vous vous trompez de temps ou de mot. Il ou elle constatera simplement que vous apprenez l’anglais et que vous faîtes l’effort d’essayer de communiquer avec lui/elle. Votre « French accent » aura peut-être même un certain charme ! Et puis il peut nous arriver à tous de faire des fautes de français, et cela ne nous empêche pas de nous comprendre et de communiquer.

Apprendre une langue ce n’est pas simplement mémoriser de nouvelles connaissances, c’est d’abord croire en sa capacité de le faire. En se débarrassant de ses peurs et en osant se lancer, en osant parler, les progrès sont visibles très rapidement. Souvent, le niveau de mes apprenants est supérieur à ce qu’ils pensent lorsque l’on débute une formation. Après quelques séances, ils osent parler et arrivent à communiquer ce qu’ils veulent exprimer. Les connaissances sont là. Elles sont plus ou moins développées, et attendent juste d’être utilisées.

Le secret : le travail

La confiance en soi n’est pas quelque chose que certaines personnes ont, et d’autres pas. Ce n’est pas un trait de caractère, c’est un état d’esprit qui peut être amené à évoluer. Elle se construit, se développe avec la pratique, le travail.

Beaucoup de personnes que vous observez et qui semblent très à l’aise aujourd’hui ont dû surmonter leurs difficultés pour en arriver là. La confiance en soi  évolue et elle dépend de plusieurs éléments: les expériences vécues, les compétences acquises, la reconnaissance des autres. Si personne n’a jamais valorisé ce que vous faisiez et que vous êtes toujours confronté à des situations nouvelles et stressantes, il est normal que vous n’ayez pas confiance en vous !

Gagner en confiance en soi peut prendre plus ou moins de temps selon les personnes. Pour y parvenir, l’élément-clé est donc de se dire : « même si c’est difficile, je vais y arriver!”. Ce n’est pas une confiance aveugle, elle n’est pas déconnectée de la réalité. On n’a pas confiance en soi tout le temps et dans tous les domaines. Vous n’êtes peut-être pas à l’aise en anglais, mais vous sentez sans doute très à l’aise dans une autre activité, que ce soit au travail ou à la maison.

Tout comme je suis à l’aise en anglais, mais me sens en difficulté lorsqu’il s’agit par exemple de changer un pneu. Cela ne veut pas dire que je ne peux pas changer un pneu, simplement que je n’ose pas le faire par peur de ne pas y arriver. Apprendre une langue, cela veut dire rencontrer en permanence des situations nouvelles qu’on ne maîtrise pas. C’est plus ou moins inconfortable selon les personnes.

La confiance en soi peut changer votre vie

Quand vous serez libéré de vos peurs, que vous oserez parler, vous progresserez et gagnerez encore en confiance. Vous pourrez vivre de nouvelles expériences, rencontrer des gens, échanger, communiquer plus facilement et y prendre plaisir. Cela vous permettra d’avoir de nouvelles opportunités professionnelles, de contribuer au développement de votre entreprise, ou de voyager plus facilement sans craindre la barrière de la langue.

Le travail ne sera pas terminé, vous pourrez toujours vous améliorer, enrichir votre vocabulaire, comme vous continuez chaque jour à enrichir votre vocabulaire en français. Mais vous pourrez être fier de vous et du chemin parcouru.

Inutile alors de vous comparer à vos collègues ou à vos partenaires. Il ne s’agit pas de savoir qui s’exprime le mieux en anglais, mais de savoir si vous progressez et si vous arrivez à échanger, à communiquer. Il s’agit de constater que vous avez réussi à transformer une faiblesse en quelque chose de positif, source de plaisir, qui vous fait avancer personnellement comme professionnellement.

Vous pourrez même être source d’inspiration pour votre entourage : votre famille, vos collègues, qui auront vu vos progrès et auront à leur tour envie de se lancer !

Partager cette publication

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email